IMAGES

CLIQUEZ SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR.
Vous pouvez bien entendu copier ces images si elles vous plaisent mais merci d'en citer la source si vous les publiez quelque part.

jeudi 12 juillet 2018

Protégé par né-cécité : le lapin à lunettes

Art postal pour mon amie Nadine.
Cela faisait longtemps que ce petit lapin me faisait un clin d'œil dans la salle de bains et forcément j'ai compris pourquoi ce matin : il avait besoin d'une paire de lunettes. Pourtant j'ai toujours entendu dire que manger des carottes était bon pour la vue et faisait qu'on n'aurait pas besoin de porter des lunettes un jour. C'est tout à fait faux. J'AI mangé des carottes, et pourtant…
J'ai donc dessiné des carottes près de "petit lapin" après avoir fabriqué la paire de lunettes. Aimant l'expérimentation, j'ai dessiné et aquarellé les carottes sur un de mes filtres à café. Faut-il que je l'aime ma Nadine pour sacrifier un précieux filtre à café (elle comprendra, petit clin d'œil – encore ce clin d'œil). Et pour finir, qui dit café dit grains de café. J'en ai donc collé trois sur l'art postal. Forcément, étant donné la fragilité des collages et des volumes, j'ai dû protéger mon envoi par né-cécité avant de le poster. Va-t-il arriver ? Arrivera-t-il intact ? Les jours qui viennent nous le diront.


Tout a commencé ainsi : j'ai fabriqué des lunettes pour petit lapin



Qui dit lapin et vue fait penser à des carottes. j'ai donc dessiné des carottes et les ai peintes à l'aquarelle. Le support ? Un filtre à café.


J'ai failli mettre du marc de café pour représenter la terre mais finalement je me suis contentée de sépia

Une petite étiquette NA(ture et découvertes) pour l'adresse de NAdine

 N'est-il pas beau ce petit lapin ?





Sur le filtre à café, quelques grains de café s'imposaient.


L'art postal est terminé. Il va me falloir le protéger par né-cécité (vue défaillante oblige) pour que les grains de café et les lunettes restent intacts pendant le voyage.

J'ai protégé la partie délicate avec le fond d'une barquette de tomates cerises du Maroc et j'ai même dû ajouter un timbre poste après avoir pesé l'envoi : il dépassait le poids réglementaire de deux grammes. 

dimanche 8 juillet 2018

L'oiseau bleu ou septicolore - art postal pour Nadine

Je cherchais une idée d'art postal pour mon amie Nadine et je sais qu'elle aime le bleu et qu'elle aime les oiseaux. Elle en a d'ailleurs peint plusieurs ces jours derniers et j'ai eu la chance d'en recevoir un magnifique. Donc, en soi, mon art postal n'est pas TRÈS original. En même temps, j'avais envie d'illustrer le poème de Blaise Cendrars, l'oiseau bleu. Je vous remets le texte en dessous du scan du mail art. Et puis, et surtout, la Poste a sorti une série de timbres poste avec de jolis oiseaux et je pense que cette série n'est pas pour rien dans nos choix du moment.
Pour information, le Calliste septicolore est un oiseau qui vit en Colombie, en Bolivie et au Pérou. Les couleurs peuvent changer légèrement selon les espèces.

l'oiseau bleu de Blaise Cendrars - art postal aquarelle et tissu Marie K.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Une aquarelle sur papier, le poème imprimé, le timbre, une petite fleur (d'un tissu de coton imprimé), un joli timbre oiseau, le tout disposé et cousu sur un morceau de pagne (je vous rappelle qu'un pagne = une longueur de tissu de six yards) rapporté du Niger. 



L'oiseau bleu Blaise Cendrars


Mon oiseau bleu a le ventre tout bleu
Sa tête est d'un vert mordoré
Il a une tache noire sous la gorge
Ses ailes sont bleues avec des touffes
de petites plumes jaune doré
Au bout de la queue il y a des traces
de vermillon
Son dos est zébré de noir et de vert
Il a le bec noir, les pattes incarnat
et deux petits yeux de jais
Il adore faire trempette se nourrit de bananes
et pousse un cri qui ressemble au sifflement
d'un tout petit jet de vapeur
On le nomme le septicolore

Femme africaine pour Saby

Nouvel art postal pour Saby en réponse à son appel sur le thème Femmes Africaines.
Une petite aquarelle de ma main d'après la reproduction d'une peinture trouvée sur internet (Pinterest), et une composition à partir de tissus rapportés de Dakar au Sénégal.



mercredi 4 juillet 2018

Piroll de Taïwan de Nadine

Merci Nadine pour ton art postal reçu ce jour-même. Les couleurs de ton aquarelle sont fabuleuses. C'est une véritable merveille, avec l'effet de surprise pour moi de surcroît. J'aime énormément.
A l'intérieur, tu m'as gâtée. Une planche de cœurs (j'en ferai bon usage), une carte trop trop jolie avec cette maman ou ce papa éléphant qui se promène avec son enfant et la définition de l'amitié (nom féminin, Donne une saveur inégalable à la vie. je confirme), un poème de Ceija Stojka et un article sur cette artiste autrichienne, et - cerise sur le gâteau - un super plan de Paris !!! Quelle super idée tu as eue là. Merci vraiment pour tout.

Aquarelle de Nadine Lenain


mardi 3 juillet 2018

L'un des pays des "hommes bleus", le Niger.

C'est parti d'échanges de commentaires sur un autre article. J'ai recherché mon chèche indigo rapporté du Niger il y a dix ans et dans le carton où il était soigneusement rangé, j'ai retrouvé d'autres souvenirs, d'autres étoffes, des tissus, des "pagnes"  (une unité de tissu de 6 yards ou 5,48 mètres), ... et j'ai eu envie de réaliser un art postal ciblé sur les tissus du Niger dont une étoffe teinte à l'indigo pour une grande amatrice de tissus et de teintures de toutes couleurs. 
Le Niger, c'est aussi les éléphants, les girafes, les hippopotames. C'est l'un des pays des "hommes bleus", les Touaregs, et encore celui des Peuls Wodabee.












vendredi 29 juin 2018

Apprécie chaque instant - art postal reçu d'Eléna

Merci Eléna pour ton envoi que j'ai beaucoup apprécié. Il va sans dire que je te répondrai.
Je t'embrasse bien fort. Tu as raison, il est important d'apprécier CHAQUE INSTANT et il est bon de le rappeler pour ceux et celles qui l'oublient parfois, ce qui peut se comprendre mais il faut vite revenir au moment présent. CARPE DIEM.



mercredi 27 juin 2018

Laura Theresa Epps Alma-Tadema - Battledore and Shuttlecock

Jeu de raquette et de volant ou Battledore and Shuttlecock - art postal reçu de Dentellebleue




On aurait dit dans d'autres temps que c'est de la belle ouvrage, et ici l'expression convient parfaitement à cet art postal reçu de Dentellebleue qui une fois de plus déploie tout ton talent pour illustrer le thème "Femmes peintres fin 19e / début 20e siècle" car ainsi qu'elle l'a très bien compris ce sont surtout les femmes peintres de cette période qui m'intéressent. Laura Theresa est anglaise, vous lirez cela un peu plus bas, mais à peine âgée de 21 ans elle expose à la Royal Academy de Londres, c'est dire son talent, et en 1878, alors âgée de 26 ans, elle est l'une des seules femmes artistes invitées à participer à l'Exposition Universelle de Paris ou elle fut d'ailleurs primée d'une médaille d'argent. Même le peintre Edouard Manet n'y est toujours pas accepté : "Au début de l'année (1878), Proust l'avertit : quoi qu'il propose, il sera éliminé de l'exposition universelle. Pareil provocateur ne saurait représenter la peinture française à la face du monde !" (Manet Le Secret, Sophie Chauveau).

L'art postal de Dentellebleue est superbe : les couleurs, la matière - le fond est un tissu d'une grande finesse de couleur bleu et l'œuvre de Laura Theresa est imprimée elle aussi sur du tissu -, la composition. Les timbres sont bien choisis, y compris celui -sans valeur fiscale pour cet envoi- du joueur Danois de Badminton, et la petite palette en haut à gauche sur laquelle on peut lire le titre du thème de l'art postal ajoute un petit plus à l'ensemble de la composition. Merci Dentellebleue pour cette belle trouvaille et cette composition raffinée.

Voici ce que nous pouvons lire au verso de l'envoi : (cliquez sur l'image pour un affichage de taille supérieure) 



Jeu de raquette et de volant – l'origine du jeu
Pratiqué par les Chinois il y a quelques 2000 ans, on retrouve des images de jeu du volant au XVIIe siècle dans les peintures d'artistes célèbres de l'époque. Au Moyen-âge en Angleterre, le battledore and shuttlecock étaient pratiqués, le jeu étant de maintenir en l’air un shuttlecock (volant) à l’aide d’une battledore (raquette ou palette*).

Au château de Badminton...
Un jour en 1873, il paraîtrait que des officiers anglais de retour des Indes et réunis dans le château du Duc de Beaufort à Badminton (ville anglaise du Gloucestershire), évoquèrent le jeu indien du « poona », qui se pratiquait avec une raquette et une balle légère. Ils se mettent alors en tête d’y jouer. N’ayant pas de balle, ils décident d’utiliser un bouchon de Champagne, sur lequel ils attachent quelques plumes. Ravis de leur découverte, ils décident de faire connaître ce jeu et lui donnent le nom du château. Le Badminton est né. Quatre ans plus tard, ils publient les premières règles du jeu.